L’éveil du Féminin par Alain Héril

2 Commentaires

Qu’est-ce que le Féminin ?

« Le féminin pour moi c’est avant toute chose la douceur et la tendresse.

Une position où on n’attend pas forcément du résultat.

Une manière d’aller vers les choses, d’aller vers soi-même et d’aller vers l’autre où il y a une nécessaire bienveillance. Cette bienveillance fait qu’on va exclure tout ce qui est de l’ordre du conflit, tout ce qui est de l’ordre de la rudesse dans la relation. »

 

Pourquoi l’éveil du féminin est extrêmement important à notre époque ?

« Il nous permet de sortir de la guerre continuelle (la guerre des sexes entre les hommes, entre les femmes, la guerre entre les peuples).

Cette dimension de conquête et de destruction, pour moi, c’est l’inverse du féminin.

Le féminin c’est accepter que la présence que l’on a vis-à-vis de l’autre est une présence qui nous modifie et qui nous transforme. Cette dimension de transformation va à mon sens en lien avec la tendresse et avec la douceur dont je parlais tout à l’heure. »

 

En quoi l’éveil du féminin est important pour les femmes ?

« Je crois que les femmes ne savent pas qu’elles possèdent cette douceur, cette tendresse à l’intérieur d’elles. Elles sont tellement formatées par le patriarcat, par la façon de concevoir le monde que nous avons, nous les hommes, porté depuis des siècles, voire des millénaires.

L’éveil à sa féminité c’est l’éveil à son auto-tendresse, à son auto-compassion. Et lorsque les femmes dans les liens qu’elles ont avec elles-mêmes et les unes avec les autres, mettent en place cette puissance de la tendresse, ça nous permet à nous les hommes de pouvoir nous éveiller à notre tendresse puissante. On se rencontre à un endroit où nous sommes à la fois puissants et vulnérables, à la fois dans quelque chose qui nous élève, qui nous éveille et en même temps qui nous transforme. Je dirai presque que le pari de ce début du 21ème siècle, c’est de nous rencontrer hommes et femmes à l’endroit où nous sommes à la fois puissants et tendres.

L’éveil du féminin c’est tout simplement l’éveil à soi-même, c’est l’éveil à quelque chose qui est de l’ordre d’une puissance, et non pas une espèce de soumission perpétuelle. Ce que j’entends dans la sexualité bien souvent, c’est que la femme est l’objet du désir de l’homme. C’est l’inverse de ça, c’est comment une femme s’éveille à sa puissance, mais s’éveille aussi à son désir.

Le désir féminin est d’une force absolue. La libido appartient aux femmes. Le clitoris, c’est le seul organe humain qui n’est dédié qu’au plaisir et jusqu’à preuve du contraire, nous les hommes, nous ne l’avons pas !

Je pense qu’il faut que la femme puisse arriver à croire en elle-même de manière à porter cette croyance dans le monde.

Aider les autres femmes et aider aussi les hommes à être dans une perspective où on se construit en quelque chose qui pourra ressembler au bonheur et surtout quelque chose qui pourrait ressembler à la connexion, une connexion nouvelle que l’on peut avoir les uns avec les autres. »

 

De formation psychanalytique, Alain Héril est sexothérapeute depuis vingt ans. Il est aussi superviseur, formateur et écrivain, auteurs de nombreux ouvrages sur le couple, la sexualité, et notamment sur la sexualité féminine (voir références à la fin de cet article).Alain fut pour toutes les deux un enseignant remarquable, nourrissant par son éthique, son humour et son amour de la vie, autant que par sa culture et sa finesse.Nous avons eu envie de l’interroger pour son expertise, mais aussi parce qu’il incarne à nos yeux une masculinité accomplie qui a accueilli et intégré le féminin en soi, qui articule acuité dans l’action et sensibilité dans la perception, puissance du faire et douceur de l’être, dans une poésie et une créativité de chaque instant.

Ce que nous avons aimé dans sa façon de nous former comme thérapeutes, c’est qu’il ne nous a pas laissé nous aveugler dans des savoirs et des protocoles à plaquer sur le patient pour performer un projet de guérison. Ramenant constamment à l’exploration bienveillante et sans a priori de l’histoire unique de la personne qui vient consulter, et à cet outil si puissant et fragile qu’est la relation thérapeutique, il nous a appris que l’accompagnement est aussi une question d’ouverture de coeur et d’ancrage dans le bassin. Proposant une approche intégrative de l’Emotionnel, du Sexuel, du Spirituel et de l’Existentiel, il nous a inspiré une vision profonde, non simpliste et non mécaniste du monde et de l’humain.

En cela, il nous a mis en chemin vers des valeurs clés du Féminin.

Merci Alain pour ton partage et ta transmission!

 

Quelques ouvrages d’Alain Héril

Femme épanouie : Mieux dans son désir, mieux dans son plaisir (éditions Flammarion)

Les continents féminins (éditions Jean-Claude Gawsevitch)

Journal d’un sexologue : Ce que veulent les femmes (éditions Le Courrier du Livre)

Aimer (éditions Flammarion et Poche Marabout)

 Catégorie : Eveil du Féminin, Vidéo
Articles similaires
Commentaires
  • Friart-Lamourette

    Bravo Alain!
    J’ai beaucoup apprécié ce que tu dis c’est tellement vrai et juste. Oui notre monde a besoin urgemment de remettre cette douceur et cette tendresse dans les rouages relationnels . Que certaines femmes très masculines puissent enfin trouver cet éveil féminin …. c’est ce pourquoi j’organise mes cercles de femmes . Et que les hommes puissent s’ouvrir à la tendresse et beauté de leur féminin intérieur..
    Exprimé par un homme je trouve cela extraordinairement beau et tendre. Merci à toi
    Hélène

  • Anwen

    Bonjour,
    « La vérité se révèle plutôt au cœur de l’homme qu’à sa raison », dit Hippolyte Destrem, parce que le cœur de l’homme est inspiré par l’Esprit féminin.
    Pour trouver la Vérité, il n’y a que deux voies à suivre : celle de la Science et celle de l’Amour.
    La Religion, c’est la voie de l’Amour.
    L’Amour, c’est le lien moral qui unit l’homme à l’Esprit féminin, et c’est ce lien qui est la Religion.
    « L’amour idéal est pour l’homme un lien d’un si grand prix, un tel élément de bonheur, que tous ceux qui l’ont ressenti le placent au-dessus de tous les autres éléments de la félicité humaine. Il faut considérer en lui non seulement le bonheur qu’il fait éprouver, mais encore la perfection qu’il donne à toutes les puissances de l’âme. De tous les sentiments qu’il nous est donné de concevoir, il est celui qui nous élève le plus au-dessus des faiblesses et des vulgarités de la pure sensation, celui qui produit dans l’intelligence les manifestations les plus poétiques, celui qui fait naître dans la volonté les résolutions les plus nobles ».
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/
    Cordialement.

Laisser un commentaire